Actualités : Colloques, conférences
Conférence : "Au delà du diagnostic, chercher l’enfant" le 14/10/2015 à 20h

Cette conférence est organisée par l’AFPEN 38 au lycée Emmanuel Mounier Grenoble. Les intervenants sont Marie Thérèse Colpin (Thérapeute familiale au CERAS) et Bruno Harlé (pédopsychiatre, Unité d’hospitalisation d’enfants, centre hospitalier Le Vinatier de Bron)

Article mis en ligne le 29 août 2015
Dernière modification le 22 janvier 2017

par Anne S.

"Au delà du diagnostic, chercher l'enfant"

Cette conférence est organisée par l’AFPEN 38 au Lycée Emmanuel MOUNIER, 6, avenue Marcelin Berthelot à Grenoble. Arrêt Mounier avec le tram A ; En voiture, Possibilité de se garer à la MC2 (compter 10 mn à pieds)

Argumentaire :

La question du diagnostic et de la médicalisation des difficultés scolaires interroge les psychologues de l’Education Nationale que nous sommes, mais pas seulement ; il suffit de regarder du côté de la bibliographie actuelle :
« La médicalisation de l’échec scolaire » Stanislas Morel
« Difficultés scolaires, échecs, « troubles », handicaps... où en est-on ? » Daniel Calin
« Approche clinique des troubles instrumentaux » Collectif sous la direction de Jean-Yves Chagnon
« La mystification des dys » Jean-Claude Quentel
etc...
« Tous hyperactifs ? » Patrick Landman
Ce dernier complète le titre de son ouvrage par le sous-titre « L’incroyable épidémie des troubles de l’attention »

Oui il s’agit bel et bien d’épidémies qui traversent l’école par vagues successives ou simultanées car avant celle des troubles attentionnels il y a eu l’épidémie des dys qui sévit encore mais qui n’a plus la primeur. Arrive également celle des Asperger, et d’autres nous attendent...

L’école doit faire avec ou faire face, en tous cas ne pas se noyer sous ces déferlantes.
La question du diagnostic ne peut être contestée quand il s’agit de proposer aux enfants les soins les mieux adaptés à leur évolution mais le risque est grand de les y enfermer.
Comment faire avec cette ou ces étiquettes dont on nous dit souvent qu’elles soulagent.
Qui soulagent-elles ?

  • les parents qui luttent contre la culpabilité ?
  • Les enseignants incités ainsi à décliner toute responsabilité ?
  • Les psychologues heureux d’avoir trouvé LA cause du problème ?

Les places de chacun sont bousculées par les experts épidémiologistes qui proposent un « packaging » complet : le diagnostic assorti des directives associées, dramatiquement les mêmes pour tous les élèves appartenant à un groupe donné.

Et l’enfant dans tout ça ?
Le psychologue à l’école tente de surnager à ses côtés.
Comment peut il encore, au delà de toutes ces étiquettes, porter la parole de l’enfant pour le faire entendre comme sujet un et unique qui ne serait réduit à aucun trouble, à aucune pathologie ?
Comment peut-il entraîner dans son sillage les enseignants, afin qu’ils reprennent la barre, sûrs de leurs compétences et conscients de l’inestimable connaissance qu’ils ont de leurs élèves ?
Comment accompagner les parents ?

Les intervenants :

  • Marie Thérèse Colpin : Thérapeute familiale au CERAS (Centre d’Etudes et de Recherche à l’Approche Systémique) à Grenoble, Rhône-Alpes :
    http://www.cerasgrenoble.com
  • Bruno Harlé : pédopsychiatre, Unité d’hospitalisation d’enfants, centre hospitalier Le Vinatier de Bron, Rhône-Alpes.
    http://neurosciencefictions.org

Participation :

10 euros
5 euros pour les adhérents AFPEN, les étudiants, les demandeurs d’emploi.
Billetterie sur place